STUDIO MARLOT & CHOPARD

     
 
 



L'exposition / the exhibition

 

KM 500

Kunsthalle, Mainz (DE)
Exposition collective / Group show
Commissariat / curator : Justus Jonas
12/09/2008 ›› 26/10/2008



Pour la toute nouvelle Kunsthalle de Mayence, Rémy Marlot a choisi d’exposer trois images issues de la série Black Churches (2007), représentant la cathédrale de Cologne sous un jour inattendu. Cadrées de manière trés serrée, les façades prennent sous l’objectif de Rémy Marlot un aspect monochromatique bleu nuit qui est du à la lumière du jour telle qu’elle a été captée par l’appareil photographique et qui n’est naturellement pas visible pour nos yeux. Le choix du contre-jour donne une atmosphère nocturne au sujet, il intensifie les contrastes et sculpte chaque détail de la façade ramenée à l’abstraction par la pureté et la profondeur de la couleur, la séquence des lignes et des ornements de pierre qui ponctuent chacun de ces grands monochromes. Les imposantes façades de la cathédrale deviennent alors “ une matière noire, opaque, accrochant la lumière par endroits à la manière du clair obscur pictural”.* Le regard se raccroche ici et là à une pierre taillée verdie par les mousses, la brisure de la ligne d’une corniche, ou une gargouille, animal fabuleux, gardien du Temps surgi de cette masse de pierre, de couleur et de lumière.
Parallèlement à ces images, Rémy Marlot présente sa dernière vidéo Balmoral. Filmée de nuit, en noir et blanc, elle évoque la beauté et la grandeur passées de Bad Ems. Cette fiction se déroule dans l’ancien Hôtel Schloss Balmoral, dont la légende dit que Wagner aurait ici terminé Parsifal, mais aussi le long des routes désertes et de la voie de chemin de fer à peine éclairées. La statue de Guillaume Ier vient hanter les lieux comme une apparition, tandis que le lied der Doppelgänger (“le Double”), composé par Schubert sur un poème de Heinrich Heine et choisi par Ariane Chopard-Guillaumot pour le confronter aux images, évoque le souvenir d’un amour perdu, qui s’ouvre sur ces vers :
“La nuit est silencieuse, les rues se reposent
Dans cette maison vivait mon amour,
Elle a depuis longtemps quitté cette ville
Mais la maison se dresse encore à la même place.”

* Valérie Pugin extrait de “ L’objectivité ” de la photographie / Une esthétique de l’arrêt in catalogue Rémy Marlot, Revolver Verlag, 2008



+

 
Dossier de presse
Revue de presse
Carton d'invitation
  Voir les œuvres :
Black churches
Balmoral
  Press release
Press review
Invitation card
  Watch the works :
Black churches
Balmoral
     
 


 
  Copyright © Studio Marlot & Chopard, ADAGP, Paris 2020